Pourquoi l’Afev s’engage

Le projet Noria est conçu comme un cercle vertueux permettant de créer et mettre en œuvre des actions innovantes en s’appuyant sur l’énergie et l’expertise de partenaires qui acceptent de collaborer et co construire ensemble pour élever les aspirations des jeunes en matière d’accès et de réussite à l’enseignement supérieur. Cette dynamique permet ainsi d’alimenter un mouvement perpétuel alliant actions structurantes, innovations et évaluation continue pour toucher les publics les plus éloignés et qui, pour la plupart, ne rêve pas leur futur métier et s’imagine encore moins accéder à l’enseignement supérieur.

Nous partageons pleinement les valeurs, finalités et objectifs du projet et nous souhaitons nous y engager en tant que première structure de tutorat étudiant en France, œuvrant depuis 25 ans au renforcement du lien université-cité. Notre légitimité s’appuie sur cette expertise et sur nos actions uniques en ce sens qu’elles abordent aborder simultanément toutes les dimensions des inégalités éducatives :

  • au cœur des familles via l’accompagnement individuel des collégiens et lycéens à domicile mené par les étudiants bénévoles ;
  • au sein des établissements scolaires via l’intervention des volontaires (jeunes en service civique) en « résidence »  au sein des collèges et des lycées ;
  • à partir des établissements d’enseignement supérieur via ses 18 « plateformes de l’engagement solidaire » favorisant le lien universités-territoires et l’accueil de jeunes des quartiers prioritaires qui, souvent par autocensure, ne s’autorisent pas à se projeter en tant qu’étudiants.

Les actions que nous proposons dans le cadre de Noria :

Nous souhaitons apporter la déclinaison concrète de deux politiques qui sont à la croisée du projet :

  • une dynamique de « préparation scolaire et culturelle » à l’accès aux études supérieures, avec en priorité des actions de lutte contre l’échec scolaire d’accompagnement à l’orientation, de transmission des codes culturels des grandes écoles et des universités -soit la principale approche mobilisée en France.
  • un « modèle aspirationnel », privilégié dans certains pays comme l’Angleterre, le Canada ou encore l’Australie, et construit sur le constat que la préparation scolaire et culturelle ne suffit pas à réduire les inégalités sociales dans l’enseignement post secondaire et supérieur. Ce modèle consiste en priorité à renforcer l’accompagnement individuel et collectif, dès le plus jeune âge, en lien fort avec les familles, afin d’élever, de diversifier et de consolider les aspirations des élèves. La version la plus aboutie de cette approche se trouve dans le programme britannique « Aimhigher ».

Opérationnellement, il s’agit de :

  • Renforcer les actions d’accompagnements individuels des collégiens et des lycéens et notamment en matière d’orientation
  • Développer ses actions collectives dans les collèges et les lycées à travers des volontaires en résidence 12h par semaine
  • Développer un réseau d’ambassadeurs (volontaires en service civique étudiants) de l’enseignement supérieur à partir de la plateforme de l’engagement
  • D’organiser des séjours en immersion à l’Université

Virginie MORALES LA MURA
Déléguée Régionale Grand Est
AFEV – Association de la Fondation Étudiante pour la Ville

Crédits photos : AFEV